RPG dérivé de la série OTH
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur OTH Always & Forever.
Pleins d'avatars, tel que Lee Norris & Kate Voegele (Marvin McFadden & Mia Catalano), & de scénarios sont attendus.
N'hésitez pas à nous faire de la pub sur Bazzart & PRD
N'oubliez pas de Topsiter toutes les deux heures Smile

Partagez | 
 

 Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Dim 13 Nov - 14:26

    Depuis quelques jours Matt ne supportait plus sa décoration. Elle datait de l'année où il avait terminé ses études cela remontait à quelques années déjà. A cette époque il avait fait appel à un décorateur d'intérieur, il n'avait pas le temps ni la patience pour s'en occuper lui-même. Aujourd'hui encore le temps lui manquait. Le jeune homme partageait son temps entre son bureau et le tribunal des enfants où il défendait deux affaires en ce moment. Des affaires qui lui prenaient la grande majorité de son temps, Matt avait à peine le temps de voir sa meilleure amie. Impossible de remettre la main sur la carte de visite du décorateur qui s'était occupé de sa maison. En ce jour de congé, il se mis alors devant son ordi en quête d'une nouvelle personne pouvant s'occuper de son intérieur.
    Quelques dizaines de noms plus tard, rien ne le satisfaisait, dès qu'un nom lui plaisait, il lisait tous les commentaires, si il était un tant soit peu négatif, le juge passait au nom suivant. Le must serai qu'il soit de Tree hill ou de ses environs mais de toute évidence Matt se montrait trop compliqué. Mais un nom attira son attention et surtout le "cet artisan se trouve à moins de 2 km de chez vous", il se saisit de son téléphone et appela le numéro affiché sur l'écran de son ordinateur. Au bout de deux sonneries son interlocuteur décrocha, le beau brun lui expliqua ce qu'il attendait et le rendez vous était pris quelques jours plus tard pour un devis.
    Matt s'était levé d'assez bon heure pour remettre de l'ordre dans sa maison, n'ayant jamais le temps de ranger, tout était sans dessus dessous. Une heure plus tard, son intérieur avait déjà une meilleure allure. Le décorateur pouvait arriver d'un instant à l'autre à présent, tout était en ordre et rangé, il pourrait ainsi se faire une bonne idée de la surface de son intérieur. Une petite dizaine de minutes plus tard, la sonnerie de la porte retentit, Matt souriant alla ouvrir la porte. "Bonjour ! Entrez je vous attendais ! J'ai rangé un maximum pour que vous vous fassiez une bonne idée de ce qu'on peut faire" De fait son séjour avait une très bonne surface au sol, avec de grande portes fenêtres qui donnaient directement dans le jardin. Matt le précéda dans le salon. "Vous voulez boire quelque chose avant de commencer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Dim 13 Nov - 16:10



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Cela faisait moins d'une semaine que Darren s'était établi à Tree Hill. Bien qu'il n'avait pas encore eu la chance de se familiariser avec la ville et ses environs, le jeune homme n'avait pas de quoi chômer pour autant. En effet, il avait déjà reçu une sollicitation pour réaménager de fond en comble une charmante bâtisse de Gaslamp Quarter. Son commanditaire n'était autre que Matt Fergusson, un juge spécialisé dans la protection de l'enfance et qui exerçait son activité au palais de justice de Tree Hill. Arrivé devant la maison en question, Darren fut quelque peu tendu, un peu comme la fois où il avait obtenu son premier contrat pour aménager un appartement dans le style victorien à Chicago. Alors qu'il s'apprêtait à sonner, le sud-coréen se ravisa. Quelque chose le gênait. Argh, fichu nœud de cravate ! Oh et puis au diable les effets de toilette ! Il se sentait endimanché comme jamais avec cet accessoire autour du cou, qui s’apparentait plus à un instrument de torture pour lui qui est tout sauf quelqu'un de conformiste. Darren la dénoua et la rangea au fond de son attaché caisse. De toute manière, il présente suffisamment bien comme ça. Trench anthracite, chemise blanche, gilet noir, pantalon en toile ... . Bon, je ne vous cache pas qu'il a dû se faire violence pour revêtir quelque chose d'aussi solennel, lui qui d’ordinaire raffole des excentricités et autres étoffes clinquantes. Toutefois, il n'avait pas pour autant mit au rebut son petit grain de folie. Il n'y avait qu'à voir ses baskets montantes rouges, incrustées de clous sur le dessus du pied, pour comprendre que Darren n'était pas vraiment ce que l'on pourrait appeler un homme de convenances.

Lorsqu'il fut fin prêt, il sonna enfin. Quelques instants plus tard, le propriétaire des lieux ne tarda pas à venir lui ouvrir la porte. Matt Fergusson était un homme qui en imposait. D'une part par sa stature, d'autre part par son extraordinaire charisme. Son regard gris-vert était incroyablement perçant. Il devait avoir à peu de chose près le même âge que Darren et les deux hommes faisaient sensiblement la même taille. De fait, notre ami Darren a la chance pour un asiatique d'être très grand et de dépasser le mètre quatre-vingt cinq. Dans un sourire aimable, le natif de Busan serra la main de son premier client à Tree Hill tout en s'inclinant légèrement en guise de marque de respect. C'était bien là le seul pli que Darren avait gardé de l'éducation, somme toute rigoriste, pour ne pas dire archaïque, qu'il avait reçu. "Bonjour Monsieur Fergusson, ravi de faire votre connaissance. Merci.". Bah oui "merci". C'est tout de même la moindre des politesses lorsque quelqu'un vous invite à entrer chez lui. De la tenue et du civisme que diable ! Tout en s'essuyant le pieds sur le paillasson de l'entrée, le décorateur scanne de ses yeux noirs le hall. Certes il n'est pas bien long, mais il se révèle relativement large. Suffisamment pour y disposer un meuble de rangement, une sculpture, une grande fresque ou que sais-je. Ah oui, la petite applique au plafond, là par contre sa coince. Il y a fort à parier pour que cela n'illumine pas suffisamment le petit corridor.

Darren verrait bien une longue rampe sinueuse accrochée au plafond et parsemée de petits spots. Tapis, pas tapis : telle est la question. On verra bien, et puis de toute manière il faut aussi que cela convienne à Matt. C'est tout de même lui le principal intéressé dans l'affaire. Le propriétaire des lieux invite le décorateur à le suivre jusque dans le séjour. Whaaa, ces baies vitrées, ça vous illuminent un salon ! Devant un tel bain de lumière Darren ne peut s'empêcher de pousser un petit sifflement admiratif. C'est vraiment un super atout. L'idéal serait de ne faire qu'une seule grande baie vitrée donnant sur le jardin au lieu de deux moyennes. Boire quelque chose ? Oh bah oui tiens, pourquoi pas. En voilà une idée qu'elle est bonne ! Euh Darren, vas-y molo hein, t'as déjà pris trois cafés avant de venir, t'es à fond là ! "Avec grand plaisir. Je n'aurais rien contre un café si vous avez, s'il vous plait.". Mais oui, tu as raison, au point où nous en sommes ! Une addiction de plus, une addiction de moins, qu'est-ce que ça changera ?! Tandis, que Matt s'éclipse un instant en cuisine, Darren en profite pour s'avancer vers la porte fenêtre du séjour. Il leva la tête afin de regarder le soleil dans le ciel, puis baissa le nez vers sa montre dans le but de calculer l'exposition de la pièce à vivre. Sud-Est. Conclusion, le soleil donne de l'aurore jusqu'au début d'après-midi. Mouais, il faut donc mettre la gomme aussi niveau éclairage pour ne pas que cette demeure prenne des airs de maison de la famille Adams quand vient le soir ou l'hiver.


Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Dim 13 Nov - 17:20

    A peine avait-il ouvert la porte qu'il se sentit rassuré par la présence du décorateur. Il y avait quelque chose de professionnel dans sa manière d'être et pourtant ils n'avaient pas encore échanger un mot. Le fait d'ouvrir sa maison à un inconnu le stressait un peu mais après tout c'était son métier et il était certain qu'il le fera bien. Matt lui offrit un sourire "Je vous en prie appelez moi Matt" Après tout si les idées que le jeune décorateur lui proposait lui plaisait, les deux jeunes hommes seront amenés à travailler ensemble, autant qu'il l'appel par son prénom, c'était plus simple et le juge préférait à vrai dire. Les convenances il les gardait pour le travail où chacun avaient des titres et des fonctions différentes, alors chez lui il aimait la simplicité.
    Ils étaient entrer dans la maison, elle était spacieuse, Matt en était très fier, certes il avait du faire appel à un lourd crédit pour se la payer mais il y avait de la place, et géographiquement elle était bien situé. Le salon était vraiment sa pièce favorite, il y passait le plus clair de son temps, dans un coin il avait aménager un petit espace bureau, de là il adorait observer son jardin, souvent des oiseaux venaient chasser les vers de terre et ça avait le don de l'émerveiller. Matt observa un instant son salon se demandant comment le décorateur pourrait le rendre encore plus agréable à vivre. C'était surtout les couleurs qui le dérangeaient maintenant, quelque chose de sobre lui conviendrai parfaitement. "Très bien, je vous fait ça !" Le juge se dirigea vers sa cuisine, un espace attenant au salon, elle était ouverte dessus ce qui apportait pas mal de luminosité à la pièce. Il mis une dosette dans la machine à café et pris une tasse. De son côté il ne savait pas trop quoi prendre pour l'accompagner, il avait déjà pris un café ce matin et deux ce sera surement un peu trop. Il ouvrit un placard et en sortit un verre, se dirigea vers le frigo et pris un coca, simplement. Armé de la tasse d'une main et de son verre de l'autre il revint vers le salon et tendit la tasse au jeune homme "Alors vous sentez l'inspiration vous venir ?" Fit-il tout en observant son salon, la lumière du soleil entrait à flot. C'était l'heure idéale, après la lumière baissait rapidement malgré les grandes fenêtres, le pire était l'hiver. "J'aimerai rester sur des couleurs sobres et du rouge" Le rouge, c'était sa couleur préférée, dans toutes ses déclinaisons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Dim 13 Nov - 20:22



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Si l'inspiration vient à Darren ? Ah, vous ne croyez pas si bien dire Monsieur le Juge ! Enfin, Matt, vu que Darren est habilité à l'appeler ainsi. Même s'il ne le connaissait pas spécialement, le nouveau résident de Tree Hill trouvait que le poste de juge pour enfant sied parfaitement à Matt. Il avait en effet l'air d'être quelqu'un d'attentionné, à l'écoute, franc, droit, impartial et juste. Seul l'imposant tatouage dans la région carotidienne détonnait un peu avec la fonction qui était la sienne. Un acte de révolte vis-à-vis de l'autorité parentale peut-être ? Remarque notre ami Darren n'avait pas été en reste de ce côté là lui aussi. Il avait opté à l'époque pour quelque chose de moins radical mais de tout aussi voyant. Une teinture. Blond platine. Une horreur qui le faisait passé pour un albinos ou un enfant de la lune. Heureusement, jeunesse s'est passée et sagesse s'est faite. Retour donc au naturel et au noir pour ce qui est de la fibre capillaire. Lorsqu'il entendit son hôte revenir dans le séjour, Darren se retourna et vit par la même occasion la cuisine. Ah une cuisine ouverte ! Excellent. Elle a l'air plutôt grande et spacieuse en plus de cela. Ouh ça y est, les idées fusent dans l'esprit du sud-coréen ! Un comptoir d'angle en marbre ou en acier avec des sièges  à la hauteur ajustable. Une longue table avec à une extrémité des plaques vitrocéramiques pour cuisiner et un grand espace pour que les convives puisse prendre part et ripailler comme il se doit.

Quelque chose un peu à l'instar de ce que l'on peut trouver dans les restaurants japonais, en plus hype et smart bien sûr. De cette façon, ça laisserait un maximum place pour les éléments de cuisine ainsi que les diverses placards et tiroirs alloués à la vaisselle et autres ustensiles de cuisine. Fonctionnalité, modulabilité, espace et confort. Le quatuor gagnant. Du moins, selon Darren. Ce dernier s'empare de la tasse de café que lui tend Matt et le remercie dans un sourire certes timide mais très poli. Le juge part s'installer sur le canapé du salon. Darren lui emboîte le pas et s'assied dans un fauteuil style cabriolé juste en face. Il laisse les volutes du breuvage noirâtre lui caresser les narines avant d'en laper une petite gorgée. Hum 100 % arabica du Brésil. Vous êtes un homme de goût Monsieur le Juge, euh Matt. « Oui, plusieurs idées me viennent à l'esprit. Pour tous vous dire, la description que vous m'avez fait de votre maison lors de notre entretien téléphonique m'avait déjà pas mal inspiré, à tel point que je me suis empressé de griffonner une petite esquisse dans la foulée. Mais, maintenant que je vois de visu tout cela, le champs des possibles s'élargit si je puis dire. ». Matt rebondit sur les propos du décorateur et en profite pour lui exposer ce qu'il attend et ce qu'il apprécie. Darren en profite pour sortir de son attaché caisse un bloc à dessin et un crayon.

Il gratte sur le papier à l'aide de sa main gauche et petit à petit courbes, arabesques, hachures et striures commencent à donner vie à un nouveau croquis. Les deux hommes continuent d'échanger quant à l'aménagement de la pièce principal si chère à Matt. Darren opine du chef de temps à autre, efface quelques lignes par-ci, ajoute de nouveaux coups de crayon par là. « D'accord. On partirait donc sur quelque chose de sobre avec des tons neutres. Du rouge, du noir, du blanc, quelques touches de beige et de gris. Un decorum moderne et dans l'air du temps mais avec du caractère ainsi qu'une âme. Tenez, voici la première épreuve que j'ai réalisé avant de vous rencontrez. ». Darren détache de son bloc une feuille qu'il dépose sur la table basse en face de Matt.
Croquis 1:
 
« Avec ce que nous venons d'échanger, j'imagine quelque chose avec un design un peu plus épuré afin que l'accent soit vraiment mit sur la clarté et que l'espace soit apaisant, calme et accueillant. Bon, bien entendu, ce n'est qu'un premier jet. Rassurez-vous rien n'est gravé dans le marbre ou définitif. On peut toujours revoir ou modifier certains points. Voilà ce qui me vient à l'esprit suite à notre petite discussion. ». Le sud-coréen pose son carnet à côté de son premier dessin afin que Matt puisse comparer, se faire une idée et juger de ce qu'il en est. D'ailleurs ça tombe bien, c'est son boulot de juger ! Darren reprend sa tasse de café et en bois une bonne moitié. Certes il a un peu refroidi, mais il est encore suffisamment chaud au goût de Darren.
Croquis 2:
 
   

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Lun 14 Nov - 11:46

    Il n’avait pas fallut bien longtemps à Matt pour s’occuper du café, il lui avait servit celui qu’il prenait le matin, acheté chez une petite entreprise, le jeune homme en était très fier. A grand pas, il était revenu près du décorateur d’intérieur et lui demanda si son intérieur l’inspirait . Quelques jours plus tôt, lors de leur appel le juge pour enfant lui avait expliqué dans les grandes lignes ce qu’il attendait, et avait fait son possible pour décrire le fidèlement possible son salon mais sans photo ce n’est pas facile de se faire une idée. Maintenant, le beau brun était curieux d’avoir son avis. Ses mains autour de son verre, il hochait la tête à chaque phrase que prononçait son interlocuteur. Son regard se fixa sur la feuille qu’il venait de sortir, et observa avec un sourire tous ses gestes précis et observa le dessin apparaître en quelques traits seulement, ce type était vraiment doué ! Son regard ne pouvait se détache de se dessin, il posa une main sur la table près du dessin « Impressionnant ! Vous êtes vraiment doué, vous avez fait beau art ? Ça me plaît beaucoup mais j’ai peur que cela donne une impression un peu … je ne sais pas, encombré peut être ? » Oui il était exigeant, mais en même temps il payait en conséquence, le juge tourna la tête vers son décorateur avec un sourire, puis embrassa la pièce du regard tentant de s’imaginer ce que pouvait donner le dessin. Il aimait les grands espaces, et avait peur de se retrouver étriqué dans cette disposition, mais tout n’était pas à jeter loin de là « j’aime beaucoup ce genre de luminaire ». Matt observa le deuxième dessin, ça lui plaisait énormément aussi ! Son regard passa d’un dessin à l’autre, un peu comme ces jeux des 7 différences où le regard ne cesse d’aller et venir d’une photo à l’autre ! Il se redressa pour observer sa pièce « La seule chose qui me dérange dans la deuxième esquisse, c’est la position du côté salon, presque dos à la fenêtre, il y a pas possibilité de passer cette partie de ce côté là de la pièce ? » D’un geste il indiqua le plus petit côté du mur, de cette façon tout un côté sera illuminé par la fenêtre. Il ne faisait que lui demander son avis, Matt ne s’y connaissait pas vraiment en décoration, si son interlocuteur pensait que ce serai la meilleur optimisation de l’espace, il le croyait. Il porta de nouveau son verre à ses lèvres, son regard de nouveau sur les esquisses. « Ce serai possible de faire un mélange des deux esquisses ? Car chacun a des éléments qui me plaisent beaucoup, et je pense que ce rendrait bien dans la pièce » Nouveau regard autour de lui, où ses meubles et sa décoration vivaient leur dernier instant, et ce n’était pas plus mal ! « Concernant les objets, vous avez un endroit où les procurer ? » De nos jours beaucoup achetaient sur les sites internet, mais notre juge restait de la vieille école, il aimait toucher l’objet et le regarder sous toutes les coutures avant de se décider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Lun 14 Nov - 15:41



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Franchement, il est vrai que sans orgueil mal placée, Darren n'était pas peu fière de ce qu'il venait de réaliser. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas été aussi inspiré et créatif. Son dernier « gros coup » remonte à environ neuf mois. La Ville de Chicago l'avait mandaté pour retaper et redécorer le Chicago Theater. Un projet pharaonique et colossal qui lui a valu pas mal d’insomnies et de tracas. Entre les ruptures de stocks auprès des fournisseurs, les défauts de fabrications et un cahier des charges épais comme un bottin téléphonique, avouez qu'il y avait de quoi péter les plombs. Ajoutez à cela un dégât des eaux à un mois de l’inauguration, et vous avez toutes les raisons du monde de vous foutre en l'air ! Toutefois, c'est bien mal connaître Darren Kwang. C'est en effet dans la difficulté et l'adversité que l'homme aux ascendances extrême-orientales parvient à se transcender. Étrange non ? Comme si le fil aiguisé et glacial du couperet effleurant son cou lui permettait de déployer des trésors d'énergie afin de s'en sortir et ainsi faire la nique aux aléas et autres coups du sort. D'ailleurs, aussi loin qu'il s'en souvienne, Darren est toujours parvenu a honorer un contrat. Ah si, sauf peut-être il y a deux ans, mais le commanditaire avait cassé sa pipe en cours de route. Donc bon, ce n'était pas sa faute. En même temps, a-t-on idée d'aller nager avec les requins aux Bahamas en pleine saison des amours !? Pfff, ces milliardaires et leurs lubies excentriques … . Eh bah voilà où ça les mènent ! Cependant, Darren ne faisait aucune différence entre une commande publique et la sollicitation d'un particulier. Pour lui c'était tout aussi important, voire même plus. Le simple fait de voir les yeux d'un client s'illuminaient et scintillaient de mille feux lorsqu'il découvre son petit havre de paix entièrement réaménagé, c'était pour lui le plus beau cadeau et la plus grande satisfaction qu'il pouvait tirer de tout son travail. Chacun avait sa manière bien à lui de le remercier. Parfois, ce sont des éloges qui n'en finissent pas, étouffées par des larmes de joie. D'autres fois c'est une franche accolade accompagnée de compliments dithyrambiques.

Même s'il se rend bien compte que Matt n'est pas du genre à laisser ses émotions prendre le dessus, Darren espère bien qu'à la fin de son travail le juge lui décrochera au moins un sourire et un « merci ». C'est le genre de chose qui le motive et le galvanise. Bien plus que la perspective de toucher un joli chèque une fois sa mission accomplie. En huit ans d'activité, le décorateur s'était aperçu que lorsque l'on faisait appel à lui, cela coïncidait en général avec un changement dans la vie du ou des principaux intéressés. Une rupture, l'arrivée d'un bébé, un nouveau travail et j'en passe et des meilleures ! C'est comme si les gens avait besoin d'un nouveau décors afin de pouvoir écrire de la meilleure façon qu'il soit le chapitre à venir de leur vie. Pendant un instant, l'homme aux yeux couleur onyx se demande si Matt connaît en ce moment un bouleversement dans sa vie. Peut-être l'apprendra-t-il au détour d'une conversation anodine ou quelconque ? Les beaux arts ? Oh là Monsieur le Juge, vous allez nous le mettre sur un petit nuage le Darren. Non mais regardez le, il a les pieds qui ne touchent plus le sol ! Darren, on se ressaisit, un peu de poigne ! « Vous me flattez ! J'aurais bien voulu pouvoir apprendre sous la houlette des plus grands aux Beaux Arts. Hélas, cela ne s'est pas fait. J'ai suivi une formation dans les arts du design à l'Université de Chicago. Ceci dit, je n'ai pas à me plaindre. Si j'avais dû suivre la route qui m'avais été toute tracée, je serais actuellement dans le bureau d'une grande tour en béton entrain de gérer un business d'import/export d'hydrocarbures. ». Ouais … . Notre samouraï sud-coréen l'a vraiment échappé belle. Si un grain de sable n'était pas venu gripper la machine de Jin-Ho Kwang, son fils serait à l'heure qu'il est à la tête de l'entreprise familiale. A la tête de ce mini empire qui empeste l'argent sale et la magouille. Cela ne s'est heureusement pas fait, et notre ami Darren a suivi sa propre voie. Le futur trentenaire avait une façon bien à lui de travailler. Il aimait proposer aux personnes qu'il rencontrait les deux extrêmes.

A savoir d'un côté le « too much » et le surchargé dans l'esprit américain, et de l'autre, la sobriété ainsi que le dépouillement dans la pure tradition asiatique. Il n'y a pas à dire, le kid du Busan savait à merveille tirer profit des deux cultures qui étaient les siennes, même s'il est vrai qu'il n'avait quasiment aucun souvenir de sa très courte vie au Pays du Matin Calme. Pour lui, c'était primordial que les gens qui le contactaient s'investissent dans ce projet. Qu'ils prennent des initiatives, qu'ils exposent et affirment clairement ce qu'ils souhaitent. En gros qu'ils jouent les apprentis décorateurs. Pour Darren, changer son cadre de vie, ce n'est pas un acte mineur ou que l'on peu banaliser. Il avait vite compris que Matt était quelqu'un qui appréciait les choses simples, authentiques et sans artifices. En résumé, le décorateur allait plus axer son travail autour de matériaux tels que du bois flotté ou de la céramique plutôt que du velours épais, du satin ou des sequins. Matt se prêtait d'ailleurs volontiers au petit jeu qui consistait à s'improviser décorateur d'intérieur d'un jour. Preuve en est il suggéra une toute autre disposition pour l'ensemble salle à manger/séjour. Darren était parti dans l'idée qu'il serait plus commode de mettre la salle à manger près de la baie vitrée afin qu'il soit possible de vite tout rapatrier à l'intérieur au cas où une garden party capoterait pour cause de mauvais temps. Ceci dit, il aurait dû se douter qu'un juge pour enfant n'était pas quelqu'un qui donnait spécialement dans les garden party ou les soirées mondaines ! L'ancien résident de Chicago cligna des yeux à plusieurs reprises et hocha légèrement la tête afin de sortir de ses pensées. Il esquissa un petit sourire à l'attention de Matt et termina sa tasse de café. Acclimaté à la température de la pièce, Darren ôta son trench gris foncé, le plia et le posa sur le dossier du fauteuil. Il se réarma de son crayon à papier et alla s'installer sur le canapé à côté de Matt. Il prit une nouvelle feuille du carnet à dessin et griffonna dessus tout en alliant la parole aux gestes.

« Bien sûr. On peut totalement permuter la disposition des deux espaces. Le meuble et la télévision viendraient donc ici, à droite de la baie vitrée. La table basse et le tapis ici, le canapé juste là. Les fauteuils pourraient se placer comme ceci, de chaque côté du canapé. La grande table et les chaises prendraient la place du salon. Cooooomme ça ! On peut nicher le petit pan de mur en pierre et les étagères garnies de vases, chandelier et autres bibelots, à droite de la fenêtre où se trouvaient le meuble et la télévision. Du coup, le lustre peut être décaler un chouia plus vers la salle à manger. L'angle peut être comblé avec une plante verte du style Ficus ou Yuka. Ou une petite sculpture aussi, c'est tout à fait envisageable. Il resterait juste ce petit espace ici qui serait un peu vide. Hum … . Peut-être qu'une petite cascade ou un bassin d'intérieur ferait l'affaire ? Un miroir dans le style triptyque avec un petit guéridon juste en dessous pourrait aussi parfaitement coller. » Ah oui, les fournisseurs, on y vient ! Et là, Rina à la rescousse ! L'amie d'enfance de Darren est également sa principale prestataire dans ses divers travaux. « Je m'approvisionne auprès d'une ancienne camarade de le FAC. Tout ce qu'elle commercialise est réalisé par des artisans locaux au savoir-faire ancestral. ». Darren sort de son attaché caisse un épais catalogue qu'il pose sur la table basse. « Tenez, voici un petit aperçu des éléments que j'ai coutume d'utiliser. En plus des photos de mobilier, vous trouverez aussi des échantillons. De cette façon, tu … enfin vous pouvez juger de la texture, de la matière et de l’apparence des différents items. Rassurez-vous, vous n'êtes pas obligé de vous décider dans l'immédiat. Si vous avez besoin de temps pour réfléchir et faire votre choix, je peux vous laisser le catalogue. ». Woo la boulette. Heureusement que tu t'es bien repris petit scarabée. Il est vrai que Darren a le tutoiement facile, surtout quand il est en confiance et en compagnie de personnes qui lui sont sympathiques. Toutefois, la pudibonderie asiatique dans laquelle il avait baigné toute son enfance, l'empêchait d'être trop directe et cavalier avec les gens. D'autant plus quand cela est dans le cadre du travail !

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Lun 14 Nov - 18:43

    Les esquisses que venait de lui présenter le décorateurs étaient vraiment réussies, tout y était, Matt se demandait combien de temps il lui avait fallu pour arriver à ce résultat, c’était criant de réalisme. Le juge était heureux d’avoir fait appel à lui, il n’était pas comme ces personnes qui préfèrent bâcler leur travail, non le décorateur Kwang aimait le travail bien fait. Ses yeux rivé sur le dessin, il leva les yeux vers son interlocuteur, il n’avait pas fait beau art, mais au vu de ses qualités il aurai très bien pu ! « Chicago reste une bonne université me semble, je ne sais pas du coté des arts mais dans le droit, j’ai beaucoup hésité avec celle là quand il nous fallait choisir une fac. » Le beau brun porta son verre à ses lèvres, le regard toujours posé sur son invité. Des deux esquisses qu’il avait en face de lui, il ne savait choisir, chacune avait un ou plusieurs éléments qui lui plaisaient particulièrement comme un élément de décoration ou la façon dont Dae-Hyon avait aménager la pièce. On ne se rendait pas vraiment compte des couleurs, mais ce n’était pas le plus important à cette étape de la transformation.
    Compliqué comme il l’était le juge finalement demanda si c’était possible de faire un mélange des deux croquis, il posa son verre sur la table et observa les gestes tout en s’imaginant ce que ce pourrait donner, et le résultat lui plaisait assez bien, c’était moderne et spacieux, vraiment ce qu’il voulait. Le juge s’imagina déjà dans son nouvel intérieur, « ça me semble parfait ça, une petite cascade ça apportera un petit côté relaxant, j’en ai bien besoin en rentrant du travail ! » S’allonger au son de sa petite cascade, pourrai à coup sur détendre notre juge, surtout en ce moment où toutes les affaires lui arrivent, ça en fond un petit peu de musique classique. Ce n’est pas commun d’avoir une petite fontaine, ça apportera de l’originalité dans son salon. La question qui restait était où se procurer tous les meubles et matériaux ? D’un naturel anxieux, Matt aimait savoir où il mettait les pieds, il y avait pas de place à l’imprévu, dans sa vie c’était pareil, tout ce qui sortait de l’ordinaire le mettait terriblement mal à l’aise, sauf sans son travail, il avait réussit à bien séparer ces deux aspects de sa vie. D’un regard il s’aperçut que la tasse de son interlocuteur était vide « Vous en voulez un autre ? » Il se rapprocha du catalogue que le décorateur venait de poser sur la table basse, il avait vraiment tout prévu, peut etre qu’il se doutait qu’il lui poserai cette question, ou sinon peut être l’avait-il toujours sur lui « Il y a un choix immense ! Par contre je veux bien garder le catalogue, je n’aime pas prendre de décision irréfléchi surtout pour ça, cela ne va pas vous manquer ? En tout cas, ça m’a l’air vraiment d’être de belles pièces ! Ce vase provient de quel pays ? » Il pointa du doigt un vase dans les couleurs brunes avec des décorations noires. Tout était si beau qu’il ne savait où donner de la tête. La plupart des articles présents sur les pages qu’il feuilletait pouvait convenir à ce nouvel intérieur. Matt leva les yeux vers le jeune décorateur « ça fait longtemps que vous faites ce métier ? » Il était curieux ça oui, peut être une déformation professionnel, quand il était sur une affaire, le juge s’intéressait à tout ce qui entourait l’enfant allant de ses parents jusqu’à ses notes à l’école, tout ça pour avoir une idée précise de la situation. « On a pas parlé de la rémunération me semble encore, je vous payerai une fois que tout cela sera terminé ou préféré que je vous fasse un acompte ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Lun 14 Nov - 22:00



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Ah Chicago … . Le centre névralgique de l'Illinois. Darren gardait un souvenir plutôt mitigé des vingt-quatre années qu'il passa dans « la ville des vents » comme on la surnomme. Sur le plan personnel en tous cas, il donnerait tout pour pouvoir oublier la dernière décennie. En revanche, il est clair qu'au niveau des études et de sa vie professionnelle, la grande métropole lui avait offert le nec plus ultra en terme d'opportunités artistiques. « Oui c'est une excellente université, je vous le confirme. Tout les professeurs et maîtres de conférences sont extrêmement avisés, instruits et érudits. Ce fut le cas pour ce qui est de la filière Art. J'imagine qu'il en est de même pour les spécialistes dans les Sciences Humaines, l'Histoire, le Droit ou encore la Médecine. Ce qui m'a conforté dans le choix de cette université, c'est la spécialisation Histoire de l'Art Asiatique. J'avais à coeur de … de découvrir l'histoire et les différents courants culturels en lien avec mes origines. Mes parents n'ont jamais étaient très loquasses quant à leur vie en Corée. Je suppose que cela ravivait en eux trop de mauvais souvenirs. J'ai donc appris et découvert tout ceci par moi-même sur le tard. » Petite pause pour tenter de refouler cette période de tourmente familiale qui concordait a peu de choses près au moment où Darren avait définitivement coupé les ponts avec son père. Ce dernier n'avait en effet jamais accepté les choix, surtout personnels, de son fils. A tel point qu'il a préféré l'interner, jugeant que son cas relevait de la pathologie et du dérèglement mental.

Lorsqu'il parvint à enfouir de nouveau ce flot de souvenirs au plus profond de lui même, Darren voulu à son tour en savoir un peu plus sur l'homme qu'il avait en face de lui. Il reporta donc son attention sur Matt et demanda sur un ton presque innocent : « Et vous ? Vous avez fait une grande école du genre Yale, Columbia, Harvard ? Ou est-ce que vous avez choisi quelque chose de moins renommé mais de toute autant enrichissant et formateur ? ». A vrai dire Darren n'avait pas la moindre idée des universités où l'on pouvait embrasser une carrière dans le droit. Ses connaissances s'arrêtaient au nom des universités les plus prestigieuses. Après pour le reste, c'est Waterloo morte plaine comme on dit. Outre l'endroit où avait bien pu étudier Matt, c'est surtout les raisons qui l'avaient poussé à suivre cette vocation en lien avec la justice qui piquaient au vif la curiosité du sud-coréen. Cependant, il se garda bien de le lui demander. Pour lui, c'était un peu trop, comment dire … frontale comme question. Il supposait que cela devait sûrement avoir un rapport avec des expériences de vie marquantes que le jeune juge avait très certainement dû traverser au cours de sa jeunesse. Une chose est sûre, son travail semble aujourd'hui accaparer la majeure partie de son temps.

« Je suis bien de votre avis. Rien n'est plus apaisant que le petit filet d'eau s'écoulant lentement d'une cascade. Selon moi, il n'y a rien de mieux pour faire le vide et récupérer après une journée de travail harassante où l'on finit sur les rotules. C'est un peu comme lorsqu'on contemple un aquarium ou un feu qui crépite dans l'âtre d'une cheminé. Ça repose ! Non, non, c'est gentil je vous remercie. Il va falloir que je songe sérieusement à lever le pied sur la caféine. Il était très bon ceci dit. » Ah pour sûr, sa repose ! Darren avait quelque chose bien à lui pour se détendre et se déconnecter de la rudesse de la vie quotidienne : faire du Taekwondo contre un sac de frappe qui trônait dans un coin de sa chambre. Cliché et un peu simpliste venant de la part d'un sud-coréen, mais terriblement efficace pour lâcher prise et se défouler. Visiblement, Matt semblait plus qu'emballé par les différents articles composants le catalogue que le décorateur lui avait présenté. Certes, il n'en avait feuilleté qu'une infinitésimale partie mais certains objets attiraient déjà son attention. Il faut dire que Rina s'arrangeait toujours pour obtenir le must de la crème de la cerise sur le gâteau en terme de bibelots, matériaux et revêtements ! Et attention, elle était intransigeante quant à la qualité, la provenance et la fabrication de ses produits ! L'avantage pour Darren résidait surtout dans le fait que Rina, au nom de leur longue amitié, lui faisait des prix sur certaines pièces.

C'était également non négligeable pour les clients qui étaient ravis au bout du compte lorsque la facture que leur présentait le décorateur était nettement moins salée que ce à quoi ils pouvaient s'attendre. « Oh sa fera ... bah tiens sa fera neuf ans en Décembre que je fais ce métier. Je peux vous dire que j'ai déjà eu des demandes quelques peu gratinées. La plus dingue, je dirais que ce fut de devoir mettre une porte battante sur des combles pour que, je cite "les oiseaux puissent se sentir comme chez eux". Non, ne vous inquiétez pas pour le paiement. On en discutera une fois que tout sera terminé et que cela répondra à vos attentes. Tout ce que vous avez à faire c'est de me donner une fourchette pour ce qui est du budget. Avec cela, je tacherais ensuite de faire mon maximum pour que le résultat soit le plus proche de ce que vous souhaitez obtenir tout en restant dans les clous, si vous me permettez l'expression. Ah ? Faites-moi voir ça. Oh, c'est un vase japonais en obsidienne marron de la période Asuka. C'est sous cette ère que le bouddhisme s'est implanté au Japon. Vous voyez les motifs gravés sur le pourtour ? Il sont caractéristiques de l'art primitif bouddhiste. Toutefois, la technique avec laquelle il a été réalisé me semble un peu plus tardive. Difficile de l'affirmer avec certitude à l'aide d'une simple photo, mais je dirais à vu de nez que ce vase a été réalisé a une période charnière. Une époque à cheval entre la période Asuka et la période Nara. Ce qui nous ramènes à ... 700 voire 715 après Jésus Christ. Bien sûr, au contraire, je vous en prie, gardez-le. Quoi qu'on en dise, un changement d'environnement et d'atmosphère, sa reste quelque chose de relativement marquant. Mieux vaut prendre son temps et y réfléchir mûrement avant de franchir le pas.»

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Mar 15 Nov - 11:04

Son interlocuteur confirmait ses dires qu’en à l’université de Chicago. A l’époque Matt avait eut le choix entre plusieurs universités, même des plus prestigieuses comme celle de l’Ivy league, il avait finalement opté pour celle de New-York, là bas il avait eu le droit à un excellent enseignement. Le juge gardait vraiment un bon souvenir de ses années là. « En effet d’après ce que j’en avais entendu à l’époque ce sont tous de grands pontes dans leur domaine. Ce doit être toujours le cas ! La ville de Chicago en elle-même à l’air pleine d’histoire, si j’avais plus de temps libre j’irai là bas un week-end ! Vous en avez penser quoi de la ville ? » aussi bien d’un point de vue touristique que historique cette ville l’attirait vraiment, il s’était promis qu’un jour il irai la visiter si possible avec Myrielle ! Matt sourit à la question de son invité, les très grandes universités ne l’avait jamais attiré, trop peur d’être perdu dans la masse « J’ai opté pour Columbia, une bonne université et pas trop loin, pas que je ne voulais pas m’éloigner de ma famille, mais ma mère n’aurai pas supporter que je manque un seul sabbat ! Mais je suis très content de l’enseignement que j’y ai reçu » Aujourd’hui encore il ne peut échapper à cette tradition familiale « Je suis d’une famille juive » Columbia avait un excellent département de droit, comme tous ses enseignements.
La disposition comme l’avait décrite le décorateur lui plaisait vraiment, c’était au final un savant mélange des deux esquisses, ce qu’il aimait le plus à vrai dire c’était la petite cascade, dit comme ça ce pouvait paraître fantaisiste mais l’idée était originale et relaxante. « Oui c’est vrai que ce sont des objets qui on tendance à vider la tête et à reposer ! Quand j’étais petit, je regardais la pluie tomber ça me faisait presque le même effet ! » Fit-il dans un sourire nostalgique, des fois il regrettait cette période où il n’avait aucunes pressions, aucun devoir autre que d’aller à l’école et d’avoir de bonnes notes. « Oui je l’aime beaucoup aussi ! Cela provient du commerce équitable, mais il est vrai que j’en bois qu’une tasse par jour sinon je ne ferme plus l’œil de la nuit ! » Mais revenons à nos moutons, ce ne devait pas vraiment intéresse le décorateur que de savoir où il achète son café. La pièce prenait vraiment vie dans son esprit. Son regard sur le catalogue posé sur la table basse, Matt tournait les pages, s’arrêtant sur des objets qui attirait son attention. Tous étaient d’une finesse incomparable, si ça tenait qu’à lui Matt lui achèterai tous, mais malheureusement son salon risquerai d’être un peu petit. Le beau brun l’avait questionné qu’en a son expérience du métier, et le regardait surpris « 9 ans ?! Mais vous avez commencé en étant enfant ! » Il avait du mal à déterminer les âges, mais les deux jeunes hommes devaient avoir approximativement le même âge ! Ça il pouvait facilement le croire qu’il avait eu de drôle de demande, mais ne pu s’empêcher de rire doucement en s’imaginant la scène « Et vous lui avez fait cette porte pour laisser circuler les oiseaux ? Niveau budget je n’ai pas vraiment de maximum à vrai dire, je payerai le prix juste. Ce vase est plein d’histoire ! Il me plait bien, j’espère juste qu’il pourra aller dans le nouvel intérieur, qu’il ne détonnera pas de la nouvelle décoration ! » Il leva les yeux du catalogue pour observer le salon, tentant de s’imaginer les différent objets. Ne vous inquiétez pas qu'en aux délais, je ne suis pas chiant à ce sujet « Dans les émissions de déco, on voit souvent les décorateurs avec des graphiques 3D sur ordinateur, vous ne faites pas ça ? » C’était de la curiosité plus qu’autre chose, ces papiers remplissaient largement leur fonctions ! Son attention revint sur le catalogue avant de relevé les yeux vers son invité « Vous êtes de quelle origine ? » Il avait une sacré connaissance de ces traditions asiatiques et cela l’impressionnait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Mar 15 Nov - 15:30



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
En y repensant, et surtout en relativisant, Darren reconnut qu'il s'était beaucoup plu à Chicago. Hormis peut-être les dernières années où il se sentait comme broyé et asphyxié par toute cette jungle urbaine. D'ailleurs, c'est sans doute aussi en partie à cause de ça qu'il a décidé de s'installer à Tree Hill : un petite ville beaucoup plus calme et paisible. Toutefois, il faut bien dire que l'ami Darren est comme un plante verte. S'il se sent bien quelque part, il ne faut surtout plus y toucher ! Suffit juste de l'arroser un peu de temps en temps, et hop il pousse ! C'est tout de même malheureux d'être si, comment dire … casanier, à trente ans. « Vingt-neuf ans trois quarts je te prie ! ». Oh c'est bon, tu ne va pas chipoter ! Tu veux que je dise quoi ? Vingt-neuf ans, onze mois et six jours ? Non mais est-ce que tu te rends compte du ridicule de la chose mon malheureux ami ? « Oui, oui, bon ok, aller, vas-y enchaîne ! ». Merci ! Bon alors, où j'en étais moi … ? Ah oui, Chicago ! Le décorateur dû donc admettre que s'il avait passé presque vingt-cinq ans de son existence là bas, c'est qu'il y avait quelque part trouvé, bien malgré lui, son bonheur. « Oh je dirais que … oui c'est une jolie ville. Elle panse encore les dernières plaies engendrées par la prohibition, mais dans l'ensemble je dirais que la ville a su très vite se moderniser et vivre avec son temps. Il y a tant de chose à voir et visiter. La Marina, la jetée Navy, le jardin botanique de Lincoln Park, le Cloud Gate, Grant Park, la Wills Tower et tutti quanti ! Je vous fais grâce de la foultitude de musées et de leurs spécialités. Bon, le seul petit hic je dirais, c'est le temps. Si on dépasse les 20°C, même en été, c'est vraiment caniculaire. Beaucoup de vent aussi et de précipitations, surtout de Mai à Août étrangement. En revanche, niveau artistique et culturel, c'est un véritable foisonnement. Je m'avance peut-être mais je pense que cette ville n'a rien à envier à Broadway. »

« On a souvent une mauvaise opinion de Chicago en ce qui concerne la sécurité. Franchement, je ne pense pas que le taux de criminalité y soit plus élevé qu'ailleurs. Bien qu'étant issu d'une minorité, je ne me suis jamais fait agresser, ou senti léser ou discriminer. Pourtant, ça aurait très bien pu arriver en vingt-cinq ans de vie là-bas. ».
Mouais … Là tu as tout de même tendance à enjoliver un petit peu les choses mon Darren. Des « Fu**ing Chinese/Asian », tu en a quand même essuyé plus d'un dans ta jeunesse. Sabbat ? Oh, il est yiddish ! Yip hip hip ! Remarque, la menorah sur le buffet aurait dû lui mettre la puce à l'oreille tout de suite. Darren s'est toujours très bien entendu avec les juifs. Il trouve qu'il a pas mal en commun avec les personnes de la communauté judaïque. A l'exception peut-être de la grande place accordée à la famille. D'ailleurs, dans l'inconscient populaire, le stéréotype que les gens ont des juifs et des asiatiques est un peu le même. Ce sont des gens qui ne vivent qu'entre eux, qui ont plein d'argent, qui sont prêt à tout pour y arriver etc. Eh oui, les préjugés ont la peau dure hélas. T'as mis dans le mil Darren ! Columbia, tu l'avais cité ! « Ah Columbia. Excellent choix. Les universités de la côte est ont toujours bénéficié d'un enseignement en droit riche et de qualité. Si j'avais dit amen à tout ce que voulait mon paternel, j'aurais très certainement étudié la finance là-bas. Oh ça, je connais aussi. J'ai également une mère très à cheval sur les croyances et les traditions. A chaque fois qu'elle doit passer, je ressorts un vieux brûle encens et j'y fais consumer un peu de bois de santal. Un jour, elle est passée à l'improviste, et j'aime autant vous dire que ça a été ma fête lorsqu'elle ne l'a pas vu ! Je ne suis pas quelqu'un de croyant pour un sous, mais bon c'est le genre de truc qui la rassure et qui lui fait plaisir, je le fait donc de gaîté de cœur. »

Hum « pas croyant pour un sous », c'est un euphémisme ! Utiliser l'urne de tante Song-Jae pour planquer ton herbe, c'était … vraiment stupide et irrespectueux ! Ceci dit, mieux valait que son père tombe là-dessus que sur les mots doux que Damir, son petit ami de l'époque, lui écrivait. Là, ça aurait vraiment été un sacrilège aux yeux du patriarche de la famille Kwang. Darren comprenait parfaitement pourquoi la petite cascade plairait tant à Matt. Ça lui rappel d'ailleurs une petite anecdote. Doit-il la partager ? Ne doit-il pas ? Dilemme. Le décorateur adresse un sourire au juge, puis se décide finalement à lui exposer sa pensée : « D'une façon générale, j'ai remarqué que le fait de faire entrer dans une maison, un élément que l'on trouve traditionnellement en extérieur, permettait de purifier l'air ambiant et d'apporter une certaine quiétude au lieu. Quand j'étais petit et que je rentrais de l'école avec ma meilleure amie, on coupait souvent par le parc. Il y avait une fontaine en grès où barbotaient quelques carpes koï. On restait souvent là à jouer et à contempler l'eau suivre son cours. Parfois je m'y sentais mieux qu'à la maison. C'était un peu comme un ultime sursis avant de retrouver le … comment dire … le carcan familiale. ». Oui d'accord certes, mais tu t'es tout de même rapidement affranchi de ce carcan Darren, non ? Enfin, les circonstances ont fait que tu as dû très tôt apprendre à te débrouiller par toi même. Il y a eu des vagues, quelques tempêtes et des marées basses, mais au final tu n'est jamais parti à la dérive. Tu as toujours su tenir la barre. Ok, évoluer sans cap, sans boussole et sans repères, c'est tout sauf évidant. Mais en tout cas aujourd'hui tu as trouvé ta voie. C'est en tout cas ce que le décorateur s'évertuait à croire. Il ne put s'empêcher de rigoler légèrement lorsque Matt fut quelque peu abasourdi par les années d'ancienneté que le décorateur avait au compteur.

Une petite fossette creusa sa joue et lui donna un air espiègle et malicieux. Il est vrai qu'en dépit de ses trente ans, Darren avait gardé une apparence juvénile, et ses traits de poupon le faisait souvent paraître pour plus jeune qu'il ne l'est. En tous cas, le sud-coréen se sent nettement plus flatté que vexé. « Hahaha ! Oh eh bien pas tellement en fin de compte. J'ai commencé ce métier à vingt-et-un ans, l'âge dit-on où l'on perd ses illusions. Je vais prendre trente ans en Décembre. Le neuf très exactement. C'est vrai que j'ai dû répondre à des demandes alambiquées et farfelues, mais je crois que cette histoire de porte sur le toit est de loin la plus cocasse. C'était à l'attention d'une vieille dame aisée, un peu de le style de baronne de Rothschild. La malheureuse n'avait plus qu'une passion dans la vie : nourrir les oiseaux. Sur le coup je n'étais pas spécialement fier de moi. J'avais l'impression de profiter de sa faiblesse due à son âge. Elle m'a raconté en substance sa vie, et ça a suffit pour m'attendrir et m'émouvoir. J'ai donc accepté de guerre lasse. » Le décorateur reporta son attention sur le fameux vase pour lequel Matt semblait avoir un coup de cœur. Il balaya ensuite la pièce du regard puis s'empara du dernier croquis qu'il avait réalisé. Il le plaça entre Matt et lui puis désigna à l'aide de la gomme du crayon à papier différentes parties du dessin. « A mon avis il aurait parfaitement sa place ici, sur les étagères apposées au petit pan de mur en pierres. Le caractère séculaire des pierres et du vase tranche parfaitement avec le design et les courbes modernes des étagères. Le mariage parfait de l'art primitif et de la modernité selon moi. En plus, la petite cascade un peu plus loin apporterait un sorte d'unité ainsi que de concordance à tout cela et permettrait de faire la jonction avec ces deux univers. » Ah oui, c'est vrai que maintenant, le numérique et l'informatique prennent une grande place dans la vie de tout les jours.

Le métier de décorateur d'intérieur n'y échappe pas. Darren dispose de tout ce nouveaux matériels sophistiqués. Toutefois, il est un peu comme Matt sur ce point là, il aime les choses simples. « C'est vrai que maintenant la majorité de mes confrères ont tendance à réaliser leur esquisses à l'aide de tablette par exemple. C'est clair que c'est un gain de temps considérable. Les logiciels de PAO offrent de nouvelles perspectives et une palette de possibilités impressionnante. Il existe même un petit appareil qui permet de projeter de façon holographique le résultat. Personnellement, je n'ai rien contre ces nouvelles méthodes, mais a vrai dire je suis un peu de la vieille école. J'aime beaucoup travailler sur papier. Je trouve que ça donne un petit supplément d'âme et un certain cachet aux différentes réalisations. ». Ah bah ne cherchez plus ! Chasser le naturel, il revient au galop ! Malgré tout ses efforts pour s'occidentaliser, Darren est encore imprégné de la culture et de l'éducation asiatique dans laquelle il a macéré toute son enfance. Vous savez, le tripe du genre les objets ont une âme, la vie est partout etc. Qu'il le veuille ou non, Darren n'a pas encore prit le pas sur Dae-Hyeon. Difficile d'occulter ses racines, surtout quand on cherche encore qui l'on est. Cela devait sûrement être plus facile pour ses parents qui avaient vécu la majeure partie de leur vie au Pays du Matin Calme. Ils savent d'où ils viennent et ce qu'ils ont laissé derrière eux. Mais lorsque vous vous retrouvez déraciné de votre terre d'origine, comme Darren l'a été, et que vous avez en face de vous des parents qui refusent catégoriquement de vous parler de vos ascendances, eh bien vous vous sentez comme étranger à vous même. Vide. Incomplet. « Je suis coréen, mais j'ai grandi et ais toujours vécu aux États-Unis. Mes parents ont émigré pour des raisons diplomatiques lorsque j'avais un an. Par soucis d'intégration j'ai changé mon nom pour celui de Darren lorsque j'ai atteins la majorité. J'ai passé ma petite enfance à Anchorage en Alaska, puis lorsque j'ai eu cinq ans on a déménagé à Chicago. J'y ai vécu pendant vingt-cinq ans. Et puis … j'ai eu envie de découvrir de nouveaux horizons et de faire de nouvelles rencontres. J'ai ouvert un grand atlas et j'ai fait tournoyé un pendule juste au dessus. Il s'est arrêté sur Tree Hill. Voilà donc comment je suis arrivé ici. Plutôt original, n'est-ce pas ? ».                  

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Mar 15 Nov - 19:01

    Chicago semblait vraiment être une ville où il faisait bon vivre, et surtout un lieu plein de culture il ne s’y était pas trompé. Un week-end là bas serait vraiment agréable même si il n’aurai jamais le temps de tout voir. « ça se sent que vous aimez beaucoup cette vile ! Je pense aller la visiter assez rapidement, je pourrais alors vous dire où va ma préférence entre New-York et Chicago ! Après chaque ville à son charme, même si pour tout avouer je ne connais que Tree hill et New York » Enfin si on pouvait qualifier Tree hill de ville, enfin oui c’était une ville mais comparé aux grosses villes des états unis chargés d’histoire elle était bien loin. Ce qu’il regrettait un peu c’était toute cette vie culturel, quand il était étudiant il n’avait pas un soir où il n’allait voir un spectacle ou une exposition. Mais d’un autre côté il appréciait le calme de cette petite ville, après une journée de travail c’était reposant de rentrer chez soit à pied en passant par des petites rues. Matt paru songeur quelques secondes « ça de ce côté je pense que ce ne peut pas être pire que certains quartier de New-York, vous avez peut être tout simplement la chance de ne pas vous trouver au mauvais endroit au mauvais moment » Fit-il dans un sourire, il se doutait que comme partout ailleurs certains quartiers devaient être contrôlés par des gangs. Une ville qui était réputé par sa criminalité c’est San Francisco, pour le coup cette ville ne l’attirait vraiment pas.
    Matt ne pu s’empêcher de rire doucement en imaginant la mère de son interlocuteur débarquer à l’improviste chez lui. Sa mère serai capable de la même chose mais lui laisse toujours sortit les objets de sa religion, même si il n’a pas vraiment le temps de la pratiquer. Une chose dont sa mère est intraitable et lui parle tous les dimanche, c’est la future mère de ses enfants ! Même siil n’avait pas de petite amie mais ça ce n’était pas un problème pour sa mère vu que depuis toujours elle souhaite le marier à Myrielle « Je crois que toutes les mères sont pareil ! qu’importe les religions et les origines. Votre père n’a pas forcément tord, Columbia est une excellente université dans la section commerce » Le juge réfléchit suite aux paroles du décorateur, il y avait du vrai dans ses paroles, comme souvent depuis leur rencontre . Il avait l’air d’un homme très sage. Plus les minutes avançaient, plus ils se disaient qu’il se sentirai bien dans cet intérieur. Ce sera comme son îlot de calme. Le juge pour avait avait été interloquer en apprenant que cela faisait déjà 9 ans que le décorateur faisait ce métier, cela lui paraissait toute une vie ! « Franchement, vous ne faites pas du tout votre âge ! Vous avez quand même commencer tôt, à cet âge j’étais encore dans les études !  Les vieilles personnes ont souvent des passes temps un peu farfelus ! Puis c’est attendrissant comme histoire, c’est comme si elle les considérait comme ses enfants »
    Le jeune homme regarda le décorateur rajouter le croquis le vase qu’il avait vu dans le catalogue, le dessin prenait vie de nouveau sous ses yeux « En effet, il sera parfait à cet endroit ! » Il était du même avis que son invité, la technologie c’est bien joli mais rien ne vaut le papier, Matt n’avait confiance qu’au papier, bien sur il était amené à travailler sur ordi par son boulot mais dès qu’il pouvait il imprimait les dossiers pour les lire à tête reposé. «Il y a rien de tel que le papier ! Mais il est vrai que la technologie peut être utile. Sur un écran il y a pas la même âme que sur un dessin, c’est toujours plus froid. » Le juge s’étira et se dirigea vers la cuisine pour se servir un autre verre, parler lui donnait vraiment soif « Vous ne voulez pas boire quelques chose ? » Lui lança t-il de la cuisine avant de revenir verre à la main. « Vraiment ? C’est une façon original de chercher un endroit où vivre, vous n’êtes pas si mal tomber, tree hill est une petite ville vraiment agréable à vivre. Vous avez des souvenirs de votre court séjour en Alaska ? Pour le coup Chicago a du vous paraître avoir un climat chaud ! De quel Corée vous venez ? » Question un peu idiote, ses parents n’auraient pas pu fuir de la sorte de la Corée du nord, encore que certains pouvaient y arriver, ils restaient rares.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Mer 16 Nov - 0:09



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
A la question s'il souhaitait boire quelque chose, Darren répondit, en haussant légèrement la voix vu que Matt était parti à la cuisine : « Non, ça ira je vous remercie. ». Argh, difficile de parler de quelque chose que l'on n'a pas connu. Que dire, que dire ? Hélas pas grand chose. Darren ne peut resté que vague et évasif. Peut-être que sa vie aurait-été toute autre en Corée ? Peut-être aurait-il connu moins de heurs, de vagues et de tumultes ? Une vie au cordeau, carrée, immuable avec peu de place pour le rêve ou la fantaisie. Qui sait, ça lui aurait peut-être plu ? Ouais non, réflexion faite, ça l'aurait très certainement enquiquiné, pour rester poli. Même si le régime de la Corée du Sud est beaucoup plus souple et démocrate que celui de sa voisine, l'autorité et le pouvoir des forces de l'ordre est malgré tout strict et fort. Enfin, à ce qui paraît. Dans un pays où la délation est largement encouragée, les moutons noirs n'ont guère leur place. Nul doute qu'un homme comme Darren, qui a horreur de rentrer dans le rang, et qui est plus adepte des chemins escarpés que des sentiers balisés, aurait été mit en marge de la société. « Je viens de Busan, en Corée du Sud. C'est la deuxième plus grande ville du pays après Séoul. Enfin, c'est ce qu'on dit. A vrai dire, je n'y ai jamais mis les pieds, et pour être franc je n'en ai pas spécialement envie. J'ai … je me suis construit tout un idéal, tout un fantasme autour de cette ville et de ce pays. Un peu comme un Eldorado. J'ai peur qu'en y allant cette représentation vole en éclat. ». C'est sûr, mais tu sais Darren si tu refuses de regarder ton passé tel qu'il l'est, jamais tu ne pourras avancer dans la vie et aborder l'avenir sous les meilleurs hospices. C'est comme pour une maison. Si les fondations sont bancales, au bout d'un ou deux étages, patatra c'est la dégringolade ! Ça te parle comme image, non ? « Oui, oui c'est sûr, tu as raison, mais c'est nettement plus facile à dire qu'à faire. ».

Ok, ok c'est bon, n'en parlons plus. Passons alors aux cases Alaska et Illinois. Là, notre cher Darren avait déjà un peu plus à dire. Ceci dit, il avait déjà été assez volubile à ce sujet. Même s'il est vrai qu'il avait tenté de passer sous silence certains détails. Cela allait-il durer ? « Ah je ne vous cache pas que le contraste thermique entre Anchorage et Chicago est pour le moins saisissant. Avant de rallier le continent, je pensais que c'était la norme que de vivre toute l'année durant dans la neige. Pour moi, ça n'avait rien de surprenant que d’apercevoir au loin un grizzli ou un élan lors d'une ballade en forêt. Les paysages sont vraiment sans pareil. Le seul hic je dirais, ce sont les hivers. Les nuits sont longues et commencent dès quinze heures. Ce déficit d'ensoleillement est assez pesant. Arrivé à Chicago, j'ai découverts qu'on pouvait porter d'autres chaussures que des après-skis. Je sais, ça peut paraître anodin dit comme ça, mais je me souviens qu'à l'époque et avec mes yeux d'enfants, c'était une petite révolution. Hahaha ! ». Une révolution qui devint ensuite très vite une révélation. C'est en effet lorsqu'il arriva à Chicago que Darren commença à entretenir le goût pour les belles choses. Un goût qui ne fit que croître lorsque arriva l'adolescence et qui transforma le sud-coréen en  fashion addict. Une passion que son père ne vit pas d'un très bon œil et qui lui valu quelques jolies roustes notamment lorsque le jeune Darren avait le malheur de rentrer les bras chargés de sacs, de paquets et autres colifichets. Même si elle ne s'opposait jamais directement à son mari, la douce et tendre Na-Le Kwang, a toujours encouragé et conforté son fils dans ses choix et ses aspirations. A tel point que c'est grâce à son soutien sans faille et indéfectible que Darren s'est décidé à devenir décorateur d'intérieur. Une profession où les hommes sont loin d'être légion. En revanche, le jeune homme ne portait pas spécialement son père dans son coeur. Et c'est le moins qu'on puisse dire.

A mesure que Darren grandit, leur rapport devinrent exécrables. Tant et si bien que même enterré à six pieds sous terre, le nouveau résident de Tree Hill continue d'abhorrer comme pas deux celui qu'il appelle « son géniteur », « son paternel » ou pire encore « l'autre ». Il y a des choses sur lesquels on ne peut passer l'éponge et pardonner, même lorsqu'il s'agit de la famille. « C'est clair qu'avec leurs enfants, et surtout avec leurs fils, toutes les mères sont de véritables louves. Qu'on ait trois ou trente ans, on reste leur « petit garçon » et elles continuent à nous pincer affectueusement les joues. C'est peut-être pour ça d'ailleurs que j'ai les pommettes si saillantes et que je parais plus jeune que je ne le suis. Je n'avais jamais vu ça sous cet angle, mais si ça se trouve c'est une sorte de lifting miracle ou d'élixir de jouvence, hahaha ! Je reconnais que j'ai commencé ce travail très jeune. Curieusement, la formation pour devenir décorateur d'intérieur n'est pas très longue. En revanche, pour ceux qui veulent être architecte ou urbaniste, là c'est une autre histoire. Je suis arrivé sur les bancs dans le FAC à dix-huit ans et j'en suis ressorti diplôme en poche à vingt-et-un. Combien d'années d'étude sont nécessaires pour devenir juge ? Cinq ? Huit ans ? Je vous avoue que je ne me rends pas bien compte. ». Le jeune asiatique esquissa un petit sourire crispé et haussa légèrement les épaules. Un tic qui trahissait son manque de connaissance du monde judiciaire. Demandez lui d'authentifier une statue tribale, là il est votre homme, par contre demandez lui quel est l'article machin chose du code truc chouette, là il n'y a plus personne ! « Ça doit être un sacré métier que celui de juge. Sincèrement, j'admire. Rester impartial, neutre, ne pas se laisser submerger par son affect je pense que peu de gens en sont capables. J'imagine que vous ne devez pas voir que jolies choses dans votre travail. »

« Mais le fait de savoir que grâce à vous un enfant peut grandir et s'épanouir en toute sécurité, ça doit être une sacrée source de satisfaction. Le genre de chose qui vous fait aimer ce travail et qui vous pousse à continuer de le faire. »
. Ouais … . C'est sûr que c'est plus glorieux que de changer des rideaux ou d'ajouter des coussins en nubuck ou en kapok ! Le sud-coréen se sent tellement bien et à l'aise en compagnie de Matt qu'il se surprend a en dire encore davantage sur lui, au risque peut-être d'en dire trop. « Je reconnais que c'est assez saugrenue comme façon de procéder pour trouver un nouveau lieu de vie. C'est bien l'une des première fois de ma vie que je laisse la chance au hasard et que j'agis sur un coup de tête. Je … je ne sais pas trop. J'ai l'impression d'être a un tournant de ma vie. J'avais la sensation qu'aussi belle qu'elle peut l'être, la ville de Chicago n'avait plus grand-chose à m'offrir. Il fallait donc que je prenne un nouveau départ, que je passe à autre chose. Et puis lorsque l'Autre … En-enfin je veux dire lorsque mon père est décédé ça … ça a été le déclic qui m'a permit de faire le grand saut. ». Malaise … . Voilà bien quelque chose que Darren aurait préféré garder pour lui. A cause du léger malaise qui commence à l'habiter, le décorateur fuit le regard gris-vert du juge. Il tente de ne pas perdre pied et de garder la face. Un exercice qui se révèle bien plus difficile qu'il ne le pensait. Il cherche une pirouette pour s'en sortir. Une façon de noyer le poisson et de changer de sujet. Il aperçoit un cadre photo avec un clichet de son hôte et de deux autres hommes un peu plus jeunes que lui et qui lui ressemblent fortement. Au bout de quelques instants, il finit par reporter son attention sur Matt et demande comme si de rien n'était : « Et vous ? Vous êtes originaire de New-York ou est-ce que vous avez toujours vécu ici ? Ce sont vos frères qui sont à vos côtés sur la photo là-bas ? »
         

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Mer 16 Nov - 12:32

    Matt était retourné dans la cuisine pour se servir un nouveau verre. Son invité n’en voulant plus boire, il ne revint vers lui qu’avec son verre à la main. Le jeune homme rapprocha le verre de ses lèvres pour en boire une gorgée avant de poser son verre sur la table basse. Le décorateur venait en effet de Corée de sud, ce pays était réputé pour avec des régimes répressifs, il comprenais parfaitement pourquoi ses parents avaient préférés immigrer vers les états unis avec leur bébé sur les bras. «ça a du être une sacré aventure pour vos parents, en tant que touriste ce doit être une belle ville, d ‘ailleurs vous savez que l’on peut visiter la corée du nord ? » Il l’avait appris quelques jours plus tôt au détour d’une vidéo sur internet, mais il s’agissait d’un tourisme très strict, les personnes visitant le pays devaient visiter que des monuments précis. Le juge rit doucement en s’imaginant ce petit garçon passant de la neige à un climat disons plus continental. « Vaut mieux que ce soit dans ce sens, que de passer d’un climat plutôt tempérer que à un climat froid ! Et dans vos souvenir quel endroit avez vous préférez ? Vivre dans de grand espaces de l’Alaska ce doit être véritablement dépaysant. » Un sourire attendrit apparu furtivement ses les lèvres de notre juge pour enfant, comparé à celle du décorateur, Matt été né et avait vécu la plus grande partie de sa vie ici même à tree hill, il n’avait bouger que pour ses études et encore il n’avait pas été bien loin.

    Dans un sens il était rassuré, la mère du jeune Coréen semblait aussi étouffante et protectrice que la sienne, il aimait beaucoup sa mère ça ne fait pas de doute dessus, mais Matt aurai aimé qu’elle ne s’investisse pas autant dans sa vie. « Je connais un peu ma mère dans ce que vous dites mais elle ne me pince pas les jours, heureusement pour moi ! Mais c’est limite si elle m’appelle pas tous les soirs pour s’assurer que j’ai bien manger, et pour me demander si au détour d’un couloir je n’aurai pas rencontrer la femme de ma vie, qui serai juive bien entendu, tout dépend si l’on choisit une spécialisation ou non après, mais j’ai passé 8 ans sur les bancs de la facs même si les deux dernière années on fait beaucoup de stage et du coup on commence à gagner un peu » Il lui sourit c’est vrai que ce n’était pas tous les jours faciles, certaines affaires le prennent directement au tripes mais il dot toujours trouver le recule nécessaire pour la traiter « Non, surtout que je spécialiser dans le droit des enfants, faut toujours rester impartiale même si au fond de moi je suis révolter à tout ce que l’on fait subir à ces petits, mais quand la justice est enfin rendu c’est un énorme soulagement » Dans la plupart des cas les affaires se terminaient bien, le juge s’était toujours promit de bien séparer sa vie privé de son travail, nombre de juges sont tombés en dépressions car ils n’ont pas su gérer ça. Matt regarda son invité, ne sachant pas comment agir, que devait-on dire dans ces cas ? « Oh je comprends, je suis désolé pour votre père sincèrement » Il ne pouvait s’imaginer ce que ce pouvait être la perte d’un être cher, jusqu’à présent il avait été épargner par cette tragédie. Le beau brun tourna la tête vers le cadre photo et un sourire s’étala sur son visage « Oui, on est très liés, je suis né et j’ai vécu ici, et je crois que si je devais déménager loin d’ici ma mère en ferai une syncope ! Qu’est ce qui vous a amener à choisir le métier de décorateur ? » Il pris de nouveau son verre et en bu une gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Mer 16 Nov - 16:39



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Ah non, ça il l'ignorait. Lorsque ses parents ont quitté la Corée, c'était Kim-Il Sung qui dirigeait d'une main de fer le pays voisin. Celui qu'on surnommait « le président éternel » régissait de façon dictatoriale la nation qui a toujours été l'ennemie héréditaire de la Corée du Sud. A l'époque, exécution publique, lynchage et torture étaient monnaie courante. Aujourd'hui, c'est son petit fils, Kim Jung-Un qui est à la tête du pays le plus fermé au monde. Même s'il continue de mener une politique ultra protectionniste et répressive, les pressions et les accusations de la communauté internationale l'obligent sans doute à lâcher du lest et « soigner sa com' ». « Ah ? C'est un scoop que m'apprenez là. J'imagine que les dirigeants ont à coeur de redorer leur blason et de policer l'image sacrément écornée de leur pays. Enfin, je suppose qu'un séjour là-bas doit être très encadré. Tout ce qu'il est possible de voir ou visiter pour les touristes doit se cantonner aux quartiers chics de Pyongyang. Ça la foutrait mal si d'aventure les gens pouvaient s'aventurer dans les campagnes environnantes et découvrir le calvaire que les prisonniers doivent endurer dans les mines de sel. Oui, je présume que la traversé a dû être une sacrée épopée pour mes parents. Les eaux du Détroit de Béring ne sont pas connues pour leur calme et leur tranquillité. Oh ne vous excusez pas pour mon père. Sa disparition ne m'a pas affecté outre mesure. C'est triste à dire mais je crois que le premier mot que j'ai dit lorsque j'ai su qu'il était passé de vie à trépas, ça a été « Enfin ! » ». C'est ça Darren, je confirme. D'ailleurs, c'est limite si tu n'as pas sabré le champagne dans la foulée. Devant sa mère, il se devait d'être peiné suite à l'annonce de cette nouvelle, mais au fond de lui même, le jeune homme s'en contrefoutait, mais alors à un point dont vous n'avez pas idée ! Vraiment, béni soit ce 2 Novembre 2016 où « le despote » redevint poussière. En guise d'unique hommage, le fils de Jin-Ho Kwang était venu fleurir sa tombe avec un bouquet de houx et d'orties. Il trouvait que ça allait à ravir avec le personnage : urticant et tout en piquants. C'est suite à cette libération et cet affranchissement que Darren a décidé de quitter tout ce qui était susceptible de lui rappeler son père afin de venir s'installer ici, à Tree Hill en Caroline du Nord. Toutefois il n'y avait pas eut que du noir et du gris dans sa jeunesse.

Les cinq années qu'il passa à Anchorage en Alaska furent de loin les plus heureuses et insouciantes de son existence. Quel endroit avait-il préféré ? Pffiou, grande question ! Euh … ah si ça y est, il sait ! « Oh difficile à dire, tout me semblait tellement énorme et extraordinaire en Alaska compte tenu de mon jeune age. Je crois tout de même que ce qui m'a le plus marqué, c'est un vaste panorama que j'ai eu la chance de contempler lorsque je devais avoir dans les quatre ans. Pour y accéder, il faut emprunter un petit chemin de randonné escarpé bien connu des trappeurs et d'une poignée d'autochtones. L’ascension est usante, mais la vue qu'il y a au bout en vaut vraiment la peine. On tutoie la cime des arbres, les feux de la villes scintillent dans le crépuscules naissants … . Et au loin vous avez la mer qui s'étend à perte de vue avec les reflets orangés du soleil couchant ondulant sur l'eau glacé. Je me souviens que ma mère m'avait pris sur ses épaules pour mieux admirer tous ça. J'avais la sensation d'être comme Leonardo Dicaprio dans Titanic. Vous savez, en mode « Je suis le roi du monde !! » haha ! ». Oh le petit Darren et sa môman, comme c'est attendrissant ! Il en vrai qu'en dépit des exigences et de la rigueur dû à son métier de premier violon dans l'orchestre national des USA, la mère de Darren avait toujours su trouver du temps pour être avec son fils et partager avec lui des moments de complicité que son père était tout bonnement incapable de lui apporter. Si elle devait annuler un concert ou une grande représentation pour aller voir le week-end son fils jouer au tennis ou rester à son chevet lorsqu'il était malade, elle n'hésitait pas à le faire. Madame Kwang faisait passer son rôle de mère avant sa carrière professionnelle et artistique. Bon il est vrai que par moment, elle pouvait se montrer un brin envahissante et possessive. Toutefois, elle semblait petite joueuse à côté de la mère de Matt ! En écoutant le juge parlé d'elle, Darren ne put s'empêcher de sourire. Il pensait au cliché de la mama juive s'exclamant « Moooon Fiiiiils !! ». Elle devait très certainement être la plus heureuse des femmes pour avoir donné la vie à trois beaux garçons comme Matt et ses frères. Il n'y avait qu'a voir la façon dont les yeux du Juge pétillaient lorsqu'il parlait d'elle et de ses frères pour comprendre que sa famille occupait un place importante dans son cœur. Un famille parfaite et idéale.

Hum, peut-être pas. Curieusement, Matt n'a jamais fait la moindre allusion à son père. Peut-être que lui aussi n'entretient pas de bonnes relations avec ce dernier ? Mystère. « Haha ! C'est vraiment adorable. Vous semblez être pour elle la huitième merveille du monde. La mishpakhá a l'air d'être quelque chose de très important pour elle. Je crois que c'est comme ça qu'on dit « la famille » en hébreux, non ? Vu que vous êtes l'aîné, ça explique sans doute pourquoi elle entretient un lien fort et privilégié avec vous. Enfin bon, je peux comprendre qu'à nos âges, entre guillemets respectables, ça puisse être par moment agaçant d'avoir une mère autant présente. Quoiqu'il en soit, elle doit certainement être très fier de votre parcours professionnel. C'est bien que les dernières années de votre formation aient été axées sur la professionnalisation. Ça permet de côtoyer la réalité sur le terrain. Nous, c'était trois ans de théorie intensives. Et après ça, hop, on vous largue dans le grand bain, et à vous de vous démenez par vos propres moyens ! En fait, ce métier, je l'ai découvert un peu sur le tard. J'ai toujours aimé dessiner, et lorsque j'étais petit je voulais que le métier que j'exercerai plus tard soit en lien avec cette passion. Ça a d'abord été styliste, mais bon beaucoup d’appelés et peu d'élus. Une fois redescendu sur terre, je me suis dis « Tiens architecte, ça peut être bien ! », mais lorsque j'ai vu le niveau d'étude qu'il fallait avoir, ça a été : courage fuyons ! J'ai donc trouvé une sorte de compromis ou de terrain d'entente avec le métier de décorateur d'intérieur qui laisse a la fois la place à la création artistique et l'aménagement de l'espace. ». Oh il nous fait son modeste en plus de ça ! D'ordinaire, tu aimes bien faire le paon en glissant subtilement dans la conversation le fait que tu es sorti major de ta promotion à l'université. « Oh c'est bon, lâche moi ! ». Ok, ok, je me tais. En tous cas, tu oublies quelque chose … . « Ah oui, et quoi ? ». La cuisine, voyons ! Oh pâle sang bleu, c'est vrai ça ! On discute, on discute, mais au final, il faut qu'il bosse notre ami Darren. Le coréen se redresse, quitte le confort que lui prodigue le dossier du canapé et dit alors : « Oh je suis navré, je manque à tout mes devoirs. J'ai omis de te … enfin de vous demander si vous souhaitiez également redécorer et réaménager votre cuisine. Argh, et puis c'est ridicule tout ces « vous », j'ai l'impression de faire mes dévotions au monastère ! Ça t'ennuie, si je te tutoie ? »                
         

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Jeu 17 Nov - 10:50

    Il fallait vraiment le vouloir pour aller visiter un pays tel la Corée du nord, surtout que les touristes n’étaient pas libres et au moindre mouvement ils risquaient l’emprisonnement. « D’après ce que j’ai vu ils ont le droit de visiter que certaines parties des monuments de la capitale, après si ils s’éloignent des « couloirs » touristiques ils peuvent être emprisonnés. Ça doit pas être de tout repos que d’être touriste là bas, je trouve même que c’est assez étrange vu que l’on voit pas le pays en lui même, juste ce qu’ils veulent bien nous montrer. » Matt haussa un sourcil intrigué face à la réaction du décorateur à la mort de son père « Vraiment ? Il était si terrible que ça ? » Le juge ne s’imaginait pas un seul instant comment il réagirai à la mort de ses parents, et tout spécialement de son père, même si ils étaient pas très proche que Matt était ado, maintenant ils pouvaient passer des heures à discuter au téléphone ou sur internet. Il avait du mal à comprendre mais peut être que le père du décorateur avait été quelqu’un de spécialement mauvais.
    Le petit garçon qu’il avait été en Alaska avait vraiment aimé y vivre, Matt ne pouvait s’empêcher de se l’imaginer en écoutant sa description de sa vie dans ce pays froid. C’est sur que ce devait lui faire un sacré changement avec ce qu’ils avaient vécus en Corée du sud. « Je vous imagine très bien construire des petits bonhomme de neige, ça a l’air fantastique comme lieu, ce devait être vraiment magnifique, et vous vous sentiez comme le roi du monde à ce moment là ? »
    La conversation se poursuivit sur Matt et sa famille, plus spécialement sur lui et ses frères. Le juge avait afficher un peu partout dans le salon, et les autres pièces, des dizaines de photos de sa famille, même si il est vrai que dans le salon il n’en avait pas mis tant que ça. «Vous imaginez même pas ce que ça été quand elle a appris qu’elle était enceinte d’un fils, il paraît qu’elle aurai appeler toute la famille et aurai filer faire les magasins pour que je ne manque de rien ! Après oui c’était sa merveille, heureusement pour moi que mon deuxième frère est arrivé très rapidement après moi ! Oui en effet on dit ça comme ça, mais dites moi vous avez une sacré culture ! » Il était impressionné, son invité semblait connaître tout sur tout « Architecte ce doit être aussi un métier très gratifiant !, Vous ne vouliez pas faire de longues études ? Oui les dernière années ont été parmi les meilleurs, j’ai fait de nombreux stages dans des cabinets les plus prestigieux » Ces années là, il avait travailler comme jamais auparavant, mais ça avait valu le coup de s’accrocher, aujourd’hui il était heureux dans son métier.
    Matt jeta un coup d’œil à la cuisine, il ne savait pas vraiment si il voulait la redécorer, elle était moderne et fonctionnelle, tout ce qu’on demande à une cuisine en sorte, son regard revint vers le décorateur. « Je ne sais pas trop, vous en pensez quoi ? Pas de soucis pour le tutoiement ça me dérange pas » Il lui sourit avant de prendre une nouvelle gorgée de coca « Vous avez des idées pour le côté cuisine ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé ♥

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» mon petit jardin d'intérieur
» Slack en intérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OTH Always And Forever :: Bien vivre à Tree Hill :: >> Gaslamp Quarter :: Les Habitations-