RPG dérivé de la série OTH
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur OTH Always & Forever.
Pleins d'avatars, tel que Lee Norris & Kate Voegele (Marvin McFadden & Mia Catalano), & de scénarios sont attendus.
N'hésitez pas à nous faire de la pub sur Bazzart & PRD
N'oubliez pas de Topsiter toutes les deux heures Smile

Partagez | 
 

 Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Jeu 17 Nov - 15:27



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Darren se pencha légèrement en avant et tourna la tête en direction de la cuisine. Il est vrai qu'elle était totalement dans l'air du temps et qu'elle pouvait très bien rester telle quelle. Lorsque Matt l'a contacté, il y a quelque jours de cela, il lui avait fait une description sommaire de la salle à manger, du séjour et de la cuisine. Le décorateur n'aimait pas spécialement travaillé en amont de ses rendez-vous avec des photos des lieux qu'il devait réaménager. Il préférait de loin que ses clients lui exposent leur impressions et leurs ressentis vis-à-vis de leur foyer. Darren était de ceux qui trouvent que le poids des mots est plus significatif que ce que peut dépeindre un cliché photographique. De plus, il avait peur de se sentir, comment dire … biaisé s'il savait avec certitude où il mettait les pieds. Avec cette méthode, il pouvait ainsi laisser libre cours à son imagination sans être bridé. « Oh le jeu de mots pourri et douteux ! ». Shut up, c'est moi qui raconte. De simples adjectifs, de la part des personnes faisant appel à lui, lui suffisaient amplement pour se représenter un endroit. Il est vrai que Matt s'était plus épanché sur l'espace Salon/Salle à Manger que sur la cuisine. Toutefois, le décorateur était malgré tout parvenu à réaliser deux croquis de la pièce que l'on qualifie bien souvent de « cœur de la maison ». Il tendit le bras et fit glisser son attaché caisse à ses pieds afin d'en sortir un porte document. « C'est comme tu le sens. Il est vrai qu'elle est plutôt charmante et élégante. Lorsqu'on s'est parlé au téléphone il y a quelque jours et que tu m'a décrit ton petit chez toi, je me suis empressé dans la foulée de jeter sur le papier les idées qui me sont passées par la tête. J'ai eu un peu plus de temps pour retravailler et coloriser ces esquisses sur PC. Si tu veux, tu peux y jeter un coup d’œil, ne serait-ce que pour voir la différence qu'il y a entre quelque chose entièrement conçu à la main et une production en partie numérique. Ne t'en fais pas, je ne t'oblige en rien. Si tu ne veux pas qu'on touche à la cuisine, il n'y a aucun problème. ».

Le moins qu'on puisse dire c'est que Darren n'est pas quelqu'un qui pousse à la vente. Il préfère mille fois plus axer son travail sur l'humain et les échanges plutôt que sur l'idée de se remplir les poches. Jamais il n'impose quoi que ce soit à ses clients. Pour lui c'est outrepasser ses droits que d'arriver chez quelqu'un et de dire : « faut refaire, ça, ça, ça et ça ! ». Ses confrères n'avaient pas autant de scrupules que lui hélas. Il était à des années lumières du cliché de l'asiatique qui est pourvu de billets de dollars à la place des yeux et qui en veut toujours plus. Ah ça non ce n'était pas lui ! Peut-être poussé par la curiosité, Matt hocha la tête et sourit tout en lâchant un petit « ok » qui fut pour Darren le feu vert qui lui manquait afin de présenter aux juges ses ébauches. Il ouvrit donc son porte document et tendit un première feuille A4 au brun quelque peu ténébreux sur les bords.
Croquis 1:
 
« Alors là, on est dans quelque chose qui se fait beaucoup en ce moment : une cuisine bicolore avec un comptoir d'angle, ouverte sur le reste de la maison, un peu en open space. Un des principaux avantages de ce genre de ce genre de cuisine c'est la disposition des différents éléments en « U ». Ça offre un côté très fonctionnel, pratique et assez convivial je dois dire. ». Une chose est sûre, c'est que notre sud-coréen sait très bien parler de ses créations. Il faut dire que ce sont un peu ses « bébés ». Normal donc qu'il ait à cœur de les défendre et de les présenter sous leurs meilleurs jours. Il n'y avait pas vraiment de pièce qu'il préférait « retaper » plus qu'une autre. Cependant, il est vrai que la cuisine a toujours été un endroit qui l'inspirait énormément. Sa mère disait toujours « Ne dis jamais oui à un homme tant que tu n'as pas vu sa cuisine. C'est là le reflet de son âme et de sa personnalité. ». Mouais … . Un peu tordu comme dicton quand même ! Darren sourit intérieurement en revoyant sa mère lui distiller ce précieux conseil tout en agitant son index de droite à gauche. Il présenta ensuite le second croquis à Matt qui s'en empara et qui le compara aussitôt avec le premier.
Croquis 2:
 


« Ici, c'est un peu le modernisme poussé à son paroxysme. On est dans des tons gris, blancs et noirs. Grande place accordée aux éléments métallisés. Plan de travail et évier central offrant une liberté de circulation sans pareil. Niveau rangement, ce sont des tiroirs qui permettent de disposer les différentes choses en faceing afin de rapidement les trouver. C'est une esthétique qui a tendance un peu à s'essouffler mais qui fait toujours son petit effet je trouve. Idéal pour ceux et celles qui n'ont pas énormément de temps à passer derrière les fourneaux ou qui ont une vie bien remplie. ». En bon professionnel, Darren feuillette le catalogue posé sur la table basse afin que le juge puisse avoir connaissance de ce qui se fait actuellement en terme d'équipement de cuisine. Quelques pages tournées plus tard, il arrive sur la rubrique qu'il cherchait. « Voilà, ici tu as un petit aperçu du mobilier que l'on trouve en ce moment sur le marché. Il y en a pour tout les goûts et pour tout les prix ! Ça t'embête si je vais faire un petit tour là-bas afin de mieux constater ce qu'il en est ? ». Darren joignit le geste à la parole en désignant la cuisine. Matt lui adressa un sourire et un petit signe de tête en direction de la pièce voisine tout en ajoutant qu'il pouvait y aller. Le décorateur le remercia et se réarma de son bloc à dessin et de son crayon. On commence à bien connaître sa manière de procéder. D'abord il échafaude différents plans sans avoir vu les lieux, puis il prend en compte la « réalité du terrain » afin de proposer quelque chose qui soit lien avec ses idées d'origines tout en étant en adéquation avec ce qui est réellement possible de faire. Arrivé dans la pièce attenante au salon, le nouveau résidant de Old Town marcha sur plusieurs longueurs tout en scannant de ses yeux couleur jais le moindre espace l'entourant. Il finit par se positionner dans un coin de la cuisine afin d'avoir une vue d'ensemble et commença à jeter l'encre sur le papier. Enfin, façon de parler. Il releva à plusieurs reprises la tête et positionna son crayon en face de lui en fermant un œil afin de prendre diverses mesures. Le décorateur réfléchit, gomma quelques traits et mordilla l’extrémité du petit bout de bois afin de mieux peser le pour et le contre. Il se servit de son pouce comme d'un buvard afin de frotter le papier et donner ainsi une apparence virée aux différents éléments qui devaient l'être.

Lorsqu'il eut quasiment finit, Darren revint dans le salon tout en apportant quelques derniers fignolages à son dessin. Il se rassit sur le canapé à côté de Matt et lui présenta le fruit de son travail.
Croquis 3:
 
« Sinon, il y a ça aussi. Quelque chose de cosy et dans l'ambiance cocooning. Disposition en « L ». Moins répandue mais toute aussi envisageable. Quelque chose de moderne mais qui a aussi un caractère plus classique. Un peu comme la bonne vieille cuisine de maman, tu vois ? Retour d'éléments incontournables dans leur design comme la table ou la hotte au dessus des plaques de cuissons. Pas de chichis, pas de fioritures, que de la sobriété et de l'authentique. Pour ce qui est des couleurs, on peut tabler sur des camaïeux de rouges, de blancs ou de noirs par exemple. Vu que le rectangle est la forme qui ressort le plus, ça rappellerait un peu les toiles de Mondrian ». Eh bah mon Darren, Tree Hill te réussie ! On dirait que tu es touché par la grâce et l'inspiration comme jamais tu ne l'as été. « Oh je t'en prie, arrête ton char ! ». Mais non, je suis tout ce qu'il y a de plus sincère voyons ! Le natif de la ville portuaire de Busan s'affaisse de nouveau contre le dossier du canapé. Il laisse s'établir un silence afin que Matt puisse admirer et réfléchir quant aux champs des possibles qui s'offrent à lui. Si tant est qu'il souhaite rénover sa cuisine. Darren n'en fera pas une jaunisse s'il refuse, mais au moins il aura la satisfaction d'avoir bien fait son travail sans omettre le moindre détail. Le sud-coréen finit par briser le silence en renquillant sur le sujet de la famille. Celle de Matt pour commencer. « Ça doit être vraiment formidable d'avoir une grande famille soudée et unie. Quand j'y repense quand même, trois garçons ! Il devait y avoir de l'ambiance dans la maison, haha ! J'imagine qu'en ce moment, à l'approche de Hanouka, ta mère doit être dans son coup de feu et tient à mettre les petits plats dans les grands afin de retrouver toute la famille et surtout ses trois fils chéris. Oh une sacrée culture, je ne dirais pas ça quand même. En fait, il y a environ cinq ans de ça, un rabbin de Champaign, une petite ville de l'Illinois, a fait appel à moi pour remettre sur pied la synagogue. »

« Je te cache pas que pour cette commande, j'ai beaucoup bachoté sur la culture judaïque et les us et coutumes du lieu de prière. Je m'en serais voulu de commettre un impair ou un « crime de lèse majesté » dans un endroit sacré. J'avais fait appel aux meilleurs verriers, enlumineurs et doreurs pour ce travail. Le rabbin était tellement ravi du résultat qu'en plus de me remercier, il m'a dit qu'a présent je faisais partie de la mishpakhá et que je serais toujours le bienvenu. J'en ai donc déduis que cela voulait sûrement signifier « Famille » »
. En effet c'est cela même. Ce cher rabbin était d'ailleurs tellement enthousiaste qu'il t'a postillonné dans l’œil en prononçant le « P » de mishpakhá ! Quoi qu'il en soit, ce fut une très belle rencontre, chargée d'humanité et de tolérance. Si seulement « l'Autre » avait pu en prendre de la graine … . D'ailleurs il est maintenant temps de parler de lui. Tu peux toujours repousser l'échéance, tu n'y couperas pas. Au final, c'est reculer pour mieux sauter. Bien essayé toutefois Darren ! Le décorateur se mordille la lèvre inférieure. Son regard se perd dans le vague. Sans doute ressasse-t-il quelques accrochages qu'il a pu avoir au cours de sa vie avec Monsieur Kwang. « Terrible …  je ne saurais le dire. Non, peut-être pas quand même. C'est sûr que si tu l'aurais rencontré, il t'aurait paru tout à fait charmant. Avec tout son flegme là, qui le faisait paraître pour un Lord anglais. Par contre lorsqu'il était avec les siens il ne montrait plus vraiment le même visage. C'était quelqu'un de plutôt strict, attaché aux vieilles croyances et à l'honneur de la famille. Il était le chef de famille et il tenait à le faire comprendre. Ma mère et moi-même devions faire ce qu'il disait et c'était non négociable. C'était du genre « Tu étudieras la finance, tu reprendras l'entreprise familiale, et il n'y a pas à discuter ! ». Enfin tu vois le genre. Pour lui, il était capital de bien paraître, et tant qu'a faire d'impressionner les autres avec une belle situation. A ses yeux, j'exerce un métier futile, volage et je cite : « de bonnes femmes ». « Toujours avec tes chiffons et fanfreluches ! » qu'il disait. J'aurais vraiment voulu être architecte, mais ce que je voulais surtout c'était ne plus être dépendant de lui et rien lui devoir. Il fallait donc que j'entre rapidement dans le monde du travail. En plus de ça c'était quelqu'un de … comment dire … obtus d'esprit, plutôt sectaire et radical sur certains points. Il est clair que je suis aux antipodes du fils qu'il aurait rêvé avoir. Mais bon, c'est ainsi ! ».  
         

Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt J. Ferguson
Futur Habitant
» Activité journalière : Juge pour enfant
» Paroles rapportées : 23
» A Tree Hill depuis : 07/11/2016
» Parfait sosie de : matthew daddario

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Ven 18 Nov - 15:22

    Le juge pour enfant n’avait pas à priori penser à faire redécorer sa cuisine. Mais il était ouvert à toutes les propositions et ne demandait donc à voir ce que pouvait lui proposer son décorateur, après tout ça n’engageait à rien. Sa cuisine en elle-même était assez récente, il l’avait changé un an ou deux plus tôt, et il en était particulièrement satisfait, elle était fonctionnelle et design. D’un autre côté, il voulait savoir ce qu’il pouvait lui proposé, après tout il état là pour ça ! « Je suis curieux de voir comment on peut la réaménager, puis dans un sens autant que vous vous occupiez des deux pièces en même temps, au moins pour harmoniser les décorations ! » Son regard se posa sur la feuille que son invité sortit de son porte document, encore une fois c’était une esquisse réaliste mais cette fois elle était en couleur. Son regard alla du dessin à la cuisine pour mieux s’imaginer ce que ce pourrait donner une fois terminer. Ça lui plaisait beaucoup il était sur que ce pouvait bien aller avec le nouveau salon. « J’aime beaucoup cette disposition, c’est très conviviale ! » Matt aimait recevoir des amis les jours où il ne travaillait pas. Le rouge était peut être un peu trop présent à son goût mais ça ce n’était qu’au final des détails, les couleurs ça se changeait facilement. Le décorateur sortit une deuxième esquisse, aussitôt le jeune brun s’en saisit et la posa au côté de la première pour voir les côté positifs et celles qui aimaient moins « Ah j’aime beaucoup aussi, je crois que le choix va être difficile ! Je trouve ça un peu sombre non ? C’est peut être une impression, il y a possibilité de prendre une couleur un peu plus clair pour les meubles ? » Encore une fois, Matt allait peut être se décider pour un mélange des dessins, mais chacun avaient quelque chose qui lui plaisait et en même temps quelque chose qu’il aimait moins. Son regard de nouveau tourné vers la cuisine il essayait de visualiser. « Ah non non allez y je vous en prie ! » Il manquait à tous ses devoirs ! Il aurai du proposer à son décorateur de visiter la cuisine dès son arrivée dans la maison. Le juge l’accompagna et s’appuya au comptoirs, le regardant aller et venir le long de la cuisine, sûrement pour se faire une idée précise des dimensions et autre.
    Matt le précéda et alla s’asseoir dans le canapé, curieux de savoir ce que son interlocuteur en pensait, après tout il ne l’avait encore jamais vu d’aussi près. Le juge lui en avait parlé au téléphone lors de leur entretient téléphonique mais c’est tout. Il observa le 3ème dessin qu’il venait de terminé. Cette fois ci il ne trouvait aucun défauts à ce dessin, c’est tout ce qu’il aimait "J’aime beaucoup, je crois que c’est le dessin que je préfère ! Je pense que je vais partir sur ce modèle» il ne savait pas si ça tenait de la disposition ou de la pureté des lignes. La conversation s’orienta de nouveau vers la famille de Matt, en effet on ne s’ennuyait pas « Ah ça, la maison était toujours pleine de cri c’était vraiment génial, ma mère était aux anges ! Je crois que ça lui manque tout ça, on est tous partis de la maison, mon frère le plus jeune a commencé cette année la fac ! Du coup elle se venge en nous harcelant pour que l’on fasse des petits enfants ! » Fit-il en riant « Ah oui ? Et comment ça s’est passé ? » travailler sur une synagogue devait être quelque chose de vraiment fantastique ! Un sourcil haussé, Matt l’écouta parler de son père, un être autoritaire voire dictateur. Dans un sens il compris pourquoi il avait tant soulagé lors de sa mort, ce devait comme se sentir emprisonné que de vivre avec lui. « En effet je vois ! Ce devait être terriblement dur que de se plier au moins de ses désirs, votre mère réagissait comment à tant d’autorité, elle le laissait faire ? Quoi qu’elle avait sûrement pas d’autres choix »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dae-Hyeon Kwang
Futur Habitant
» Activité journalière : Décorateur d'Intérieur
» Paroles rapportées : 24
» A Tree Hill depuis : 08/11/2016
» Parfait sosie de : Daniel Henney

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   Ven 18 Nov - 21:55



Un nouvel intérieur
Ft. Matt J. Ferguson
Oui, de fait elle n'avait pas vraiment le choix. Bien qu'elle était assez moderne dans sa façon d'agir et de penser, la mère de Darren n'avait guère d'autre possibilité que de plier pouces face à son mari. Les vieux principes sont bien difficiles à déboulonner et à annihiler. Même un esprit rebelle comme Na-Le Kwang a dû se résoudre a entrer dans le moule. Lorsqu'il était enfant, Darren ne comprenait pas pourquoi sa mère « s’écrasait » face à son mari et ne bronchait pas même quand il était sec avec elle. Ce n'est qu'en grandissant, et en découvrant les us et coutumes de la culture asiatique, qu'il comprit. Toutefois, elle avait dérogé à plus d'un titre aux traditions séculaires et millénaires. Ne serait-ce qu'à celle qui veut qu'une femme une fois mère arrête de travailler afin de se consacrer entièrement à son foyer et ses enfants. Enfin, son enfant. Comme beaucoup de peuples d'extrême orient, les coréens sont confucianistes et se soumettent à la politique de l'enfant l'unique. Madame Kwang avait fait fi de cette tradition archaïque qui fait des femmes des éternels femme au foyer. Comme beaucoup de membre de la gente féminine aujourd'hui, elle parvint avec brio à concilier son rôle de mère et son métier de premier violon. « Exactement, elle n'avait pas spécialement le choix. Souvent quand on parle de pays comme la Chine, le Japon ou la Corée, on pense nouvelles technologies, robotique et informatique. Toutefois, le revers de la médaille réside dans les traditions et les croyances qui sont franchement plus que moyenâgeuses. Encore aujourd'hui, beaucoup de mariages se font plus par intérêts que par amour. Ça a été le cas pour mes parents qui provenaient de familles relativement aisées et influentes. En Corée, une femme n'est jamais autonome. Elle est soit dépendante de son père soit de son mari. Ce qui est tout bonnement révoltant et aberrant. »

« Leurs vies sont régies par une quantité mirobolante d'interdits. Chez les puristes par exemple, une femme ne peut pas avoir de compte en banque. Et si à vingt-cinq ans elle n'est pas mariée, on la considère comme une femme de mauvaise vie ou de petite vertu. C'est bien là tout le paradoxe de ce pays qui est à la pointe dans certains domaines et tellement réfractaire sur d'autres. »
. De fait, à la base, c'est plus une dot bien juteuse qui a motivé l'union entre les parents de Darren. Petit à petit, des sentiments ont germés entre eux sans que cela soit l'amour fou pour autant. A la naissance de son fils, Na-Le Kwang s'est efforcée de mettre un mouchoir sur son orgueil afin que Darren ait l'impression que le couple que ses parents formait était heureux et s'entendait bien. Du moins en apparence. En tout cas, il transparaissait dans les paroles de Matt une véritable solidarité entre tout les membres de sa famille. Beaucoup d'attention, d'amour et d'égards. Le sud-coréen aurait beaucoup apprécié avoir un frère. Non, une sœur plutôt. Oui, une petite sœur avec qui il se serait d'abord chamaillé avant de devenir complice et uni comme les deux doigts de la main. Remarque son amie Rina remplissait un peu ce rôle. Elle était un peu la sœur qu'il n'a jamais eu et qu'il aurait rêvé d'avoir. C'est bien connu, on ne choisi pas sa famille, mais on choisi ses ami(e)s. Plus le temps passé, plus Darren trouvait que Matt était une belle personne. Quelqu'un d'altruiste, d'avenant, à l'écoute. Le genre de personne avec qui vous vous sentez en confiance et avec laquelle vous pouvez discuter pendant des heures à bâton rompu. Matt avait un charisme inné. En plus de ça, il est également doté de cette faculté qui fait que lorsqu'il discute avec vous, vous avez la sensation d'être la personne la plus importante qu'il soit. Une qualité, non mieux encore, un don, qui doit très certainement lui être d'une aide précieuse dans son travail de juge pour enfant.

« Haha, j'imagine que pour ta mère, la maison doit lui paraître bien vide maintenant que ses oisillons volent de leurs propres ailes. C'est vraiment quelqu'un avec une incroyable fibre maternelle. Je comprends qu'elle souhaite à présent materner et pouponner de nouveau avec des petits enfants cette fois-ci. Ça doit être quelque chose de fort et unique pour une mère que de pouvoir passer du temps avec le bébé de son bébé, si je puis dire. Enfin bon, avant ça il faut trouver chaussure à son pied, ce qui n'est pas toujours une mince affaire. En tout cas je suis certain que tu feras un mari et un père formidable. ». Voilà bien une chose que Darren ne pourra jamais offrir à sa mère : des petits enfants. En effet, s'il devait trouver chaussure à son pied, il s'agirait de deux pieds gauches. « Dis tout de suite que je suis de la contre allée ou de la grande maison, ça sera plus simple ! ». Rah et voilà ça y est ! Tout de suite, il faut que tu te braques. En réalité, Darren avait surtout peur de ne pas être à la hauteur. Pour lui, on aime comme on a été aimé. C'est essentiellement pour cette raison qu'il pense qu'il ferait un piètre père. A sa décharge, il est clair qu'avec le modèle patriarcal qui a été le sien, il y a de quoi douter et être carencé en terme de confiance en soi. Toujours est-il que le décorateur en a fait son deuil. La lignée des Kwang allait s'éteindre avec lui. Sa mère s'était elle aussi faite à cette idée et ne lui en tenait absolument pas rigueur. La famille Ferguson pour sa part ne connaîtra sans doute pas le même sort. La descendance est en effet plus qu'assurée avec trois beaux et fringants garçons au bout de l'arbre généalogique. Le sud-coréen regarda les trois croquis différents de la cuisine posés sur la table basse. Il inclina légèrement la tête sur le côté et plissa les yeux afin de s'imaginer ce que pourrait donner un mix de toutes ces ébauches. Hum … ouais ça pourrait le faire. Comme il aime le dire : « ça match bien ». Il vint alors conforter ce que le juge souhaitait faire.

« Bien sûr, tout est possible. Tu peux très bien choisir les éléments de ce dessin avec la disposition de celui ci. Idem pour les meubles. Ils sont totalement personnalisables dans leurs couleurs et leurs matières. Si tu veux quelque chose de plus lisse ou de plus mat, c'est envisageable. Ce comptoir là par exemple, bon il est blanc, mais si tu le désires, il peut être noir, rouge, écru ou gris. Même bleu canard c'est possible, haha ! En terme de budget, si on prend en compte la prestation des différents artisans, la superficie et si on part sur un réaménagement salon, salle à manger et cuisine ça ferait … . Je vais prendre une grande fourchette et dire entre 5 000 et 9 000 dollars. Mais bon je pense que le grand maximum avoisinerait plus les 7 000 dollars. Si on ne touche qu'au salon et à la salle à manger, on serait plus aux alentours de 2 000 à 5 000, mais bon là aussi je vise large. Cependant, vu que je travaille depuis longtemps avec le même fournisseur, il se peut qu'au final la facture soit en dessous de ces estimations. ». Darren, euh Darren …. « Quoi encore ?! ». Roh quel caractère ! Je voulais juste te rappeler que tu étais attendu ailleurs … . Oh god, mais c'est vrai ! Le nouveau venu à Tree Hill devait encore passer à l'agence immobilière où il avait trouvé son nouvel appartement afin de signer quelques dernières formalités administratives. Le décorateur tourna la tête vers la pendule accrochée à l'entée de la cuisine. Midi ! Quoi, déjà deux heures qu'il est là ?! Dieu que le temps passe vite ! Il avait montre en main un peu moins de trente minutes pour se rendre à l'agence qui siégeait à Old Town. Ça va être tendu ! Darren rangea son porte document dans son attaché caisse tout en disant : « Je suis vraiment navré, mais il va falloir que je me sauve. J'ai hélas un autre rendez-vous qui m'attend. Je te laisse les différentes esquisses et le catalogue pour que tu puisses réfléchir à tête reposée à tout cela. Je te recontacterai d'ici quelques jours pour savoir ce que tu désires faire. Je passerai ensuite les différentes commendes qui devraient, si tout se passe bien, arrivées dans les sept jours ouvrés. Je viendrai également aider et superviser l’installation ainsi que les différents travaux. En tout cas, je suis vraiment ravi de te connaître. Merci pour le temps que tu as pu m'accorder. Et … merci encore pour le café ! »


Code by Joy


Pride's like a knife it could cut deep inside.

Worlds are like weapons they wound sometimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé ♥

MessageSujet: Re: Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouvel intérieur [Dae-Hyeon Kwang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» mon petit jardin d'intérieur
» Slack en intérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OTH Always And Forever :: Bien vivre à Tree Hill :: >> Gaslamp Quarter :: Les Habitations-